GALA 23 texte intégral et chansons .pdf



Nom original: GALA 23 texte intégral et chansons .pdf
Titre: GALA 23 texte intégral et chansons

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Pages / macOS Version 11.2.2 (assemblage 20D80) Quartz PDFContext, et a été envoyé sur cours-pdf.fr le 22/05/2023 à 16:29, depuis l'adresse IP 88.160.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 2158 fois.
Taille du document: 213 Ko (25 pages).
Confidentialité: fichier public

Aperçu du document


LA BANDE DES BAS-FONDS
SCENE 1.
INTRO
- Chers spectateurs, bienvenue à New York!
- La ville qui ne dort jamais!
- La ville que le monde connait!
- On l’appelle aussi La Grosse Pomme!!

- Big Apple!
- On l’aperçoit dans les sitcoms! (Générique de Friends, cinq enfants passent sur le plateau)
- On reconnaît ses gratte ciels!

- Ses hots dogs!
- Ses chewing-gums!
- Ses avenues interminables!
- Et ses gures incontournables!
- Superman!
- Batman!
- King Kong!
- La Statue de la liberté!
- Hello!
-Les banquiers de Wall Street!
- Quoi? C’est la crise! Oh my god! Vendez-tout!
-Les tatoueurs de Brooklyn!
- Viens par ici si t’es un homme (il montre ses biceps tatoués) Yeah!!
-Les mystères de Chinatown!
- Bonjour vénérables touristes, venez dégustez nos spécialités, que jamais vous n’oublierez!
- Les gangsters de Little Italy!
- Je vais vous faire une o re que vous ne pourrez pas refuser…
- Une ville qui bouillonne, qui passionne, et ou de nombreuses voitures klaxonnent!
-Taxi!

- où je vous emmène ma petite dame ?

ff

fi

- A Central Park s il vous plait, et dépêchez vous je suis en retard!

- Let’s go!
- Une mégalopole au centre du monde…
- Un bouillon de culture ou la vie passe en une seconde…

- Mais… (tous) ECOUTEZ!
- Ce que nous allons vous donner à voir, n’est pas le New York qui scintille, qui pétille et qui
brille…

- A la nuit tombée, quand les enfants sont bordés et les volets bien fermés…
- Sous le bitume encore chaud et dans les sous-terrains glacés…
- On entend parfois pleurer…

- Ce sont les enfants des bas fonds, qu’on a laissé sans raison…
- Ils vivent sous le théâtre, à Broadway, coeur des lumières…
- La faim, ils tentent de combattre, et ne connaissent ni père ni mère…
- Leurs visages sans sourire était autrefois mignon…
- Mais la gaieté les a laissé, quand on les a abandonné…
- Ils tentent de survivre dans cette ville si belle dans les livres…
- Mais c’est leur vérité que nous allons vous montrer…

- Et bien leur histoire, qu’on va vous raconter…
- (tous en chuchotant) PLACE… AU SPECTACLE…

La Vie à Broadway
Sur l’air des Champs-Élysées
Je m’promenais sur le boulevard, j’faisais la manche les idées noires
J’avais envie de dévorer tout un poulet frit
Mais j’avais rien à grignoter, rien dans les poches, rien dans l’gosier
J’espère trouver dans une poubelle de quoi patienter
La vie à Broadway
La vie à Broadway
Au soleil sous la pluie à midi ou à minuit
Il n’y a pas tout ce que vous voulez dans les rues d’Broadway
Quand vient le soir, dans le brouillard, Pas de parents, on rentre tard
On entend rire sur l’avenue devant le théâtre
Et on s’approche, sans anicroches, on tend l’oreille, des doubles croches
Ca nous donne envie de danser et de s’amuser
La vie à Broadway
La vie à Broadway
Au soleil sous la pluie à midi ou à minuit
Il n’y a pas tout ce que vous voulez dans les rues d’Broadway
Si on pouvait participer, Joe sait danser, Jane sait chanter,
Ils pourraient tous nous faire rentrer et la ce serait
La grande histoire, royal au bar, caviar, champagne, et puis cigares
Les orphelins qu’on trouvent vilains deviendraient des stars`
La vie à Broadway
La vie à Broadway
Au soleil sous la pluie à midi ou à minuit
Il y aura tout ce qu’on voudra, pour nous ça ira
Il n’y a pas tout ce que vous voulez dans les rues d’Broadway

SCENE 2
William, Bouli, Théophile, Mina et Christie sont autour de leur camarade Basile, le plus jeune
d’entre eux.
Ces enfants qui vivent dans les égouts de Broadway sont livrés à eux-mêmes depuis leur plus
jeune âge, ils ont fuit l’orphelinat et tentent de survivre dans les égouts qui jalonnent les
souterrains du grand théâtre de la cinquième avenue…
Basile est allongé, il n’a pas mangé depuis plusieurs jours et ses amis s’inquiètent pour sa santé.
William:
- Basile, reste avec nous, nous allons bien trouver quelque chose à se mettre sous la dent!
Théophile:
- Oui, Mina regarde encore dans le garde-manger, en cherchant bien il doit bien y rester
quelques miettes.
Mina:
- Non, désolé les gars, tout ce que j’ai pu dégoter c’est une moitié de steak de rat et il est un peu
sec, il date de la semaine dernière…
(Les enfants sont un peu écoeurés mais la faim qui leur tiraille le ventre est plus forte)
Basile:
- Les amis, ne vous privez pas pour moi, partageons-le, sinon vous aussi vous allez mourir de
faim.
Bouli:
- Non, attendez! Vous entendez? C’est la n du spectacle là-haut! Restez avec Basile vous
autres, Christie et moi on va tenter notre chance à la sortie du théâtre, les gens ont toujours l’air
heureux quand ils sortent de là, peut-être qu’ils seront généreux si on leur tend notre main!
Christie:
- Tu sais comment ça se passe en général, ils nous font déguerpir à coups de bottes et ils nous
crient dessus pire que sur des rats.
William:
- J’espère qu’ils ne vont pas nous transformer en steaks…
Bouli:
- Oui je sais bien! Mais allons quand même tenter notre chance! Il y aura bien quelqu’un qui aura
un peu de pitié…
Christie:
- Tu as raison Bouli, restez ici les amis, Basile ne t’endors pas, nous allons vite revenir les bras
chargés de victuailles et qui sait, il y aura peut-être même des sucres d’orges!
(Les enfants laissent échapper un murmure de gourmandise)
Théophile:
- Allez-y!

fi

Mina:
- On compte sur vous!

SCENE 3
E1
- Qu’est-ce que j’aimerais pouvoir un jour fouler les planches du théâtre, jouer la comédie, faire
rire et aussi pleurer!
E2
- Pleurer? Olala, après une dure journée de travail, les gens ont pas envie de pleurer!
E3
- Ca pourrait être des larmes de joie, des larmes de rire!
E4
- Ah bon? Eh bien moi après toute une journée à trimer, j’ai envie de me vider la tête, de rigoler, et
de m’endormir devant la télé.
E1
- Il y a tellement de belles choses à raconter et de vies à entendre, quand je pense à ces acteurs,
ces chanteurs, ces danseurs qui vivent de leur art, ça me fait chaud au coeur.
E2
- Et bien continue d’y penser, car tu ne pourras jamais y aller, c’est plus de 500 dollars la place!
E3
- C’est vrai que c’est beaucoup
E4
- C’est de l’argent qu‘on pourrait dépenser pour nourrir toute la bande!
E1
- Mais si un jour c’était nous les artistes? Et si les gens dépensaient leurs dollars pour venir nous
voir nous écouter et qu’on réussisse à les émouvoir?
E2
- C’est beau de rêver
E3
il y a dans mon coeur un oiseau bleu qui
veut sortir
mais je suis trop coriace pour lui,
je lui dis, reste là, je ne veux pas
qu’on te
voie.
E4
il y a dans mon coeur un oiseau bleu qui
veut sortir
mais je verse du coca dessus et mange un chewing-gum
et les passants et les adultes
et les employés d’épicerie
ne savent pas
qu’il est
là.

E1
il y a dans mon coeur un oiseau bleu qui
veut sortir
mais je suis trop coriace pour lui,
je lui dis,
tiens-toi tranquille, tu veux me fourrer dans le
pétrin ?
tu veux cher en l’air mon
boulot ?
E2
il y a dans mon coeur un oiseau bleu qui
veut sortir
mais je suis trop malin, je ne le laisse sortir
que de temps en temps la nuit
quand tout le monde dort
je lui dis, je sais que tu es là,
alors ne sois pas
triste.

fi

E3
puis je le remets,
mais il chante un peu là-dedans, je ne le laisse pas tout à fait
mourir
et on dort ensemble comme ça
liés par notre pacte secret
et c’est assez beau
pour faire pleurer un homme, mais
je ne pleure pas,
et vous?

SCENE 4
A la sortie du Théâtre
Cinq spectateurs adultes sortent du spectacle, ils sont vêtus de riches manteaux en vison, de
beaux monocles dorés, de robes léopards et de chapeaux hauts de formes
Homme 1:
- Ahahaha quel spectacle incroyable!
Femme 1:
- Ces danseurs étaient étincelants!
Homme 2:
- Et les décors étaient somptueux!
Femme 2:
- La Grande Baba étaient particulièrement extraordinaire, c’était son meilleur rôle!
Homme 3:
- Léopold Chambellan était pas mal non plus, il faut le dire!
Femme 3:
- Bref ils étaient tous extraordinaires, n’est-ce pas?
Tous:
- ABSOLUMENT Aahahahahaha!
Homme 1:
- Chers amis, et si nous allions inaugurer ce nouveau restaurant qui se trouve sur la cinquième
avenue?
Femme 1:
- Quelle bonne idée!
Homme 2:
- J’ai un faim de loup!
Femme 2:
- Il parait que les côtes de boeuf sont recouvertes de feuille d’or!
Homme 3:
- De feuille d’or?? Mais ça doit couter une fortune?
Femme 3:
- Aucun problème, je vous invite!!
Tous:
- Ahahahahahaha!!!!

À ce moment-là, Bouli et Christie apparaissent devant eux, tendant leurs mitaines trouées vers ces
gens en espérant qu’il fassent preuve de charité.
Christie:
- Messieurs dames, à votre bon coeur!
Bouli:
- Un geste pour mon ami et moi?
Christie:
- Un billet d’un dollar ou même une petite pièce?
Bouli:
- Ou juste un bout de sucre d’orge, c’que vous avez quoi…
Les cinq adultes les toisent d’un regard sévère et désapprobateur.
H1:
- Déguerpissez d’ici bande de vauriens!
F1:
- Retournez d’où vous venez, chenapans!
H2:
- Allez-vous en où nous appelons la police!
F2:
- Du balai la marmaille!
H3:
- Bande de sacs à puces!
F3:
- Nous ne voulons rien avoir à faire avec vous!
Tous:
- Ouste!
Les adultes s’en vont laissant nos héros sans rien à ramener à leurs amis.
Christie:
- Allez rentrons, il va falloir se débrouiller autrement.
Bouli:
- J’espère que Basile ne s’est pas endormi, dépêchons-nous…

SCENE 5
Leopold et Baba sortent de scène, de nombreux admirateurs les attendent pour
signer des autographes et prendre des sel e
Léopol
- Oui! Oui! On se calme, il y en aura pour tout l’monde
Bab
- Doucement chers admirateurs, doucement! La grande Baba est une créature
précieuse
A

- Léopold, un autographe s’il vous plait
Léopol
- Comment tu t’appelles ma petite
A

- Micheline.
Bab
- Et toi mon beau
A

- Harry!
A

- Baba, voulez-vous m’épouser
Bab
- Ahahah, Et puis quoi encore, ouste
Roger (le garde du corps des deux stars
- Messieurs-dames, circulez, circulez, Vous pourrez revenir demain, bonne nuit à
tous, circulez
Léopol
- Le public nous adore
Bab
- Oui, c’est presque trop facile.

.


s


fi

)


!


!


?


?





!


?





!








d


d


d





a


a


a


a


1


1


2


3


Léopold

- On leur donne ce qu’ils veulent, des beaux costumes, des histoires d’amours
simples, du tout est bien qui nit bien.
Bab
- Oui, toujours pareil… (elle soupire) Je commence à m’ennuyer.
Léopol
- Ca y est! La grande Baba a besoin de nouveauté, aie aie aie, ces artistes, incapable de se
reposer.
Bab
- Le repos c’est la mort de l’art mon cher Léopold! Notre rôle a nous, c’est de provoquer, de
questionner, de donner matière à admirer
Léopold
- Et en plus ça rime
(Un bruit de poubelle les fait soudain sursauter
Roge
- Qui va là! Restez derrière moi vous autres les rues de New York sont un vrai coupe-gorge à
cette heure-ci
Bab
- Oh mon dieu, c’est peut-être un rat, j’en ai la phobie! Roger, tuez-le
Leopol
- Où donc est passé votre courage chère amie
C'est alors qu'on voit sortir de l'ombre deux enfants de la bande des bas-fonds, ils sont très jeunes
et dans leurs mains, ils tiennent quelques ordures qu'ils comptent ramener à leurs repère.
Roge
- Fichez le camp les morveux, ouste
Bab
- Ca alors, mais, je n'en crois pas mes yeux! Qui sont ces enfants et comment peuvent-ils vivre
ainsi dans la rue
Léopol
- Très chère Baba, il se passe bien des choses en dehors des murs dorés des théâtres et des
gratte-ciels, il y a tout un monde en bas, là-dessous, dans le froid et la misère, et ça gronde
Bab
- Doux Jésus, mais… mais voilà une histoire à entendre, à raconter! J’ai besoin d’en savoir plus!
Pour m’inspirer, pour éduquer! Pour chanter! Pour danser

-

Léopol
- Et en plus, ça rime

!





!





!


)





!


!


!


fi

!


!


?


!


.








d


d


d


d


r


r


a


a


a


a


a


a


Bab
- Vite! Suivons les

Roge
- Mais en n, mais où allez-vous! C'est beaucoup trop dangereux, et il est beaucoup trop tard,
votre assurance ne serait Jamais d’accord!!

!


fi




r


Le curieux trio court dans la nuit à la poursuite des petits qui se sont réfugiés chez eux, dans les
égouts.

SCENE 6
Cinq enfants de la bande des bas-fonds sont dans la rue à la nuit tombée, à l'abri des
regards, ils cherchent partout, jusque dans les poubelles, pour trouver de quoi composer
leur dîner du soir…
E1
Eh bein, y'a pas grand chose à se mettre sous la dent…
E2
Regardez j'ai trouvé un paquet de gâteaux!… Ah non, il est vide.
E3
Fouillons encore un peu, les petits à la maison sont morts de faim.
E4
Moi aussi je suis mort de faim, et je suis pas bien grand non plus.
E5
Eh vous autre, j’y crois pas! Regardez-ça! Un portefeuille en cuir!, il était là sous le
couvercle de cette poubelle!
E1
Wow et il m’a l’air bien rempli, regardez-moi ça! Une liasse de billets!
E2
Il y a au moins mille dollars!
E3
Oh la vache!
E4
Oh punaise! On va pouvoir s’acheter des marrons glacés, des hamburgers, des éclairs au
chocolat, au café, à la pistache, youhou!!!
E5
Attendez une seconde, regardez, il y a aussi une carte d’identité, ce portefeuille a été
perdu par quelqu’un c’est sur.
E1
Peut-être qu’on devrait le ramener alors?
E2
Et puis quoi encore? Personne n’a pitié de nous à ce que je sache, ce portefeuille c’est
nous qui l’avons trouvé, c’est à nous d’en pro ter, pour une fois qu'on a de la chance!

fi

E3
Lilo a raison, ce serait plus prudent de le ramener à celui qu'il appartient, regardez, il y a
une adresse ici, qui sait? peut-être qu'avec un peu de chance cette personne sera
généreuse et nous donnera une récompense pour notre honnêteté.

E4
Tu parles Charles.
E5
Bon, comme vous-voulez mais décidez-vous, il est bientôt 21h et la ronde de Baxter,
Blaise et Bouledogue va bientôt commencer.
E1
Aïe aïe aïe, ces ics sont plus féroces que jamais.
E2
Surtout quand ils ont bu.
E3
C’est vrai ce qu’on raconte dans les égouts? Que depuis peu ils cassent les doigts des
enfants chapardeurs comme des noisettes?
E4
Co… co… Comment?
E5
Je ne sais si c’est vrai mais depuis qu’il les a rencontré, ce bon vieux Gilou a tout un bras
dans le plâtre et ne veut plus mettre le nez dehors…
E4
« Glups » Filons!
À ce moment-là les trois policiers Baxter Basile et bouledogue débarquent sans crier gare
sur la scène
P1
Tiens tiens tiens, mais qui voila?
P2
Ce serait pas ces vauriens qui dorment sous le théâtre
P3
Si! Si! Je les reconnais mais… j’ai l’impression que quelque chose a changé?
P1
Ah bon? Et quoi donc Charlie?
P3
Eh bien, ils sont encore plus sales que d’habitude!
P1,P2,P3 rient aux éclats

fl

E1
Aie, aie, aie, ils sont ivres, on est dans la mouise

P2
Qu’est ce que tu dis morveuse?
E1
Euh moi? Euh, rien Mr l’agent
E2
Laissez-la tranquille! Elle n’a rien fait!
P1
Joue pas les héros, vermine! Où tu vas tâter de ma matraque!
Tous les enfants
Aie, aie, aie!
P3
Et d’abord qu’est-ce que tu caches ici? Mais… Regardez ça les gars! Un portefeuille!
P2
Et Bien remplis dites donc!
P1
Les a aires sont bonnes à ce que je vois mes loustics
E3
C’est pas à nous monsieur l’agent!
E4
Oui, on la trouvé!
E5
On était justement en route pour le rendre!
P3
Ouais, c’est ce qu’on va voir…
P2
Vous savez ce qu'on fait aux petits chapardeurs
P1
Vous connaissez le tarif bande de petit vauriens

ff

Tous les enfants
Aïe aïe aïe!!!

Et dans un élan de courage les petits orphelins décident de se rebiffer
E
On va pas se laisser faire! (coup de pied à P1
P
Ouille
E
Pas aujourd’hui saligaud! (coup de poing à P2
P
Aïe
E
A ton tour de souffrir coquin! (marche sur le pied de P3
P
Ouille! Ouille! Ouille!
E
Vite lons avant qu’ils ne reprennent leurs esprits
E
Et ça c’est pas à vous, voleurs! (Poussant les trois policiers dans le décor
E
Ils vont être drôlement en colère
Tous les enfant
SAUVE QUI PEUT
Les 3 policiers se relèvent péniblement et après un temps se réunissent à l’avantscène avec des regards furieux
P
Alors ça, j’arrive pas à y croire
P
Quelle bande de vauriens

)





)


!


)


)





!














!


s


!


fi

!





1


1


2


2


3


3


4


5


1


1


2


P3
Ils vont voir de quel bois on se chauffe

P
Basile, appelle les renforts
P
Tous les renforts
P
On va leur donner une bonne leçon
P
On va aller les débusquer
P
Les provoquer
P
Les arrêter

!























1


2


3


1


2


3


Les trois policiers, ensemble
Et en plus ça rime… Ahahahahahaha!!

SCENE 7
Après avoir suivi les deux enfants au plus profond des égouts, Léopold, Baba et Roger vont
tomber sur la bande des bas-fonds au complet

Bab
- Saperlipopette, on y voit rien
Léopol
- Et ça ne sent pas très bon, mon costume est déjà tout taché
Roge
- Grande Baba dans quoi nous avez-vous embarqué, c’est un coup à y laisser sa peau! On ne
sait pas quels dangers nous guettent dans un endroit pareil
Bab
- Roger! Secouez-vous un peu espèce de chiffe molle! Ce ne sont pas des enfants affamés qui
vont vous faire peur quand même
Léopol
- Roger vous me faites peur, on compte sur vous pour nous protéger
Roge
- Oui je comprends Monsieur Chambellan mais je n’ai pas pris mon nunchaku, ni même ma
matraque téléscopique et mes lunettes à vision nocturne, ni même
Baba (chuchotant)
- Roger taisez-vous! J’entends quelque chose… par ici… Regardez! Ils sont tous là…
Les trois comparses ont découvert le refuge de la bande des bas-fonds, une vingtaine d’enfants en
tailleur à l’air mélancolique écoutent tranquillement la chanson de quelques camarades plus
âgés
Espoir éternel
Sur l’air d’histoire éternelle
Espoir éternel
Qu’on ne voit jamais
De pauvres enfants
Pourtant pas méchants
Livrés à eux-mêmes
Ils n’ont rien d’mandé
Ils sont délaissés
Ils ont dans leur coeurs
Des p’tits bouts d’bonheur
Prêts à partager
Au théâtre on danse
On chante des chansons
Ils rient quand ils pensent
Qu’ils participeront à ce tourbillon




!





!


!





.


!


d


d


r


r





a


a


Tout comme les étoiles

Invitent à la fête
La tête dans le ciel
J’oublie mes problèmes
Mon sourire renait
Ces artistes modèles
C’est bien lui et elle
Leur talent caché
Voudrait exploser
Pour se libérer
Leur talent caché
Voudrait exploser
Pour se libérer
C’est alors que Baba, ne pouvant retenir son émotion devant un spectacle si touchant sort de sa
cachette…
Baba
- Bravo! Bravo les enfants, c’était éblouissant!
Les enfants pris de panique, croyant encore avoir à faire à des gens qui leur veulent du mal se
mettent à courir dans tous les sens et à jeter des cailloux sur Roger qui tente de les attraper…
Roger
- Revenez ici Aïe! Arrêtez-vous Aïe! Sacripans! Aïe!
Les enfants comme des petits pirates encerclent Roger et à l’aide d’une grande corde le ligote et
le bâillonne. Le pauvre Roger, ne pouvant plus rien faire, ressemble à un saucisson. Leur attention
se porte alors sur Léopold et Baba…
Léopold
- Les enfants c’est un malentendu, libérez ce pauvre Roger et nous partirons d’ici sans dire à
personne où se trouve votre cachette!
Baba
- Mais pas du tout Léopold, pas du tout! Les enfants écoutez, vous devez remonter avec nous à
Broadway, j’ai des idées merveilleuses! Ensemble nous allons faire des spectacles incroyables
que le monde voudra voir et entendre!
C’est alors qu’un des enfants s’exclame, il a reconnu les grands artistes du Théâtre dont les
visages couvrent les murs de New York.
E1
- Eh les gars j’en crois pas mes yeux, C’est… C’est la grande Baba!
Les enfants
- COMMENT??
E2
- Ça alors, j’en crois pas mes yeux! Kilodplon a raison! C’est bien elle!
E3
- Et à côté d’elle ce serait pas Léopold Chambellan, le héros de Panique à Las Vegas et la star
de Dom Juan à St Tropez?

fi

Léopold (très er)
- En chair et en os petit, tu t’y connais pas mal en cinéma à ce que je vois!

Les enfants
- WOUAAAA!
Roger (il a réussi à enlever son ballon)
- Non mais dites-donc bande de lous! Vous allez me libérer à la n!
E4
- Et le gros saucisson là, qui c’est?
Baba
- C’est Roger les enfants, notre garde du corps. Faites-moi plaisir libérer le et rassurez-vous, il
aboie plus qu’il ne mord.
Les enfants s’exécutent tout en continuant de regarder Roger avec mé ance
Roger
- Bande de petits garnements mal éduqués! Vous mériteriez une bonne prise de judo suivie
d’une…
Léopold
- Roger! Taisez-vous une bonne fois pour toute ou je laisse ces petits chérubins s’occuper de
vous une fois de plus.
Roger se tait à contrecoeur.
E5
- Grande Baba, Monsieur Chambellan, c’est un honneur de vous avoir parmi nous mais nous
n’avons rien à vous o rir et ici il n’y a pas de fauteuils confortables…
Baba
- Ce n’est pas grave mon grand, en revanche vous connaissez nos vies et nos prénoms mais
nous ne savons rien de vous? Et si vous commenciez par nous dire comment on vous appelle
et quelles sont vos qualités? Toi par exemple mon petit gaillard, comment t’appelles-tu?
E1
- On m’appelle Kilodplon, et je suis le meilleur ici pour vous guider dans les tunnels de la ville de
Central Park jusqu’à Brooklyn!
Léopold
- Félicitations ston, et toi?
E2
- Moi c’est Lilo, La princesse des enfants sauvages et des chapardeurs de Broadway, Je n’ai pas
mon pareil pour me fau ler dans le métro, au cinéma, ou même dans l’empire State Building!
Sans jamais payer bien sur…
E3
- Moi c’est Willy! Je suis un enfant un peu rêveur, un peu farceur. Un orphelin sans histoires qui
fait des bêtises à ses heures!
Léopold
- Et ça rime!
Baba
- Et vous deux, vous en faites des têtes? Pourquoi êtes vous si tristes?

fi

fi

fi

fi

ff

fi

E4
- Moi C’est Bouli.

E5
- Et Moi Christie.
E4
- on aimerait faire la fête avec vous mais notre ami Basile est mort de faim.
E5
- Cela fait trois jours qu’il n’a pas mangé et son état s’est empiré.
E4
- C’est pour lui qu’on chante toutes ces chansons, pour garder espoir.
E5
- L’espoir madame Baba, c’est tout ce que nous avons…
Baba (qui ne peut s'empêcher de pleurer)
- Quelle tragédie… les enfants nous allons vous aider aussi vrai que je m'appelle Baba et que le
monde entier m’admire.
Une sirène de couvre-feu stridente retentit, elle sème la panique parmi les enfants…
Baba: Bon sang mais qu’est-ce que c’est que ce vacarme!
Leopold: Ces sirènes ne me disent rien qui vaillent!
Roger: Nous ferions mieux d’y aller avant qu’il ne nous arrive quelque chose!
E1: Baba, Leopold, ne nous abandonnez pas!
E2: S’il vous plait, nous n’en pouvons plus de fuir et d’avoir peur!
Baba: Restons groupez les enfants, je vais vous protéger, je vous en fais la promesse.
Leopold: Prions pour que ce ne soit qu’une fausse alerte.
Roger: Si je n’étais pas ceinture noire de karaté, je vous avouerais que moi aussi j’ai peur, aïe, aïe,
aïe!
Et dans le noir, Blaise, Basile et Bouledogue surgissent autour des petits, avec eux, des renforts à
qui ils ont fait croire que la bande des bas-fonds étaient les pires malfrats de la ville et qu’il fallait
les arrêter, coûte que coûte…
P1: Qu’est-ce que je vous disais les gars?
P2:Vos cachettes n’ont pas de secrets pour nous!
P3: Vous pouvez fuir aux quatre coins de la ville nous nirons toujours par vous retrouver.
E3: Oh non, c’est Basile, Blaise et Bouledogue, ils ont trouvé notre repère.
E4: C’était trop beau pour être vrai.
E5: Et cette fois, impossible de fuir, ils ont ramené toute une armée avec eux!
P4: Les collègues se sont mobilisés quand ils ont appris qu’une bande de vauriens…
P5: De chapardeurs…

fi

P6: De voleurs…

P7: Se sont organisés pour terroriser la ville!
P8: Pour troubler l’ordre public!
P9: Pour transformer le théâtre en cirque!
Tous les policiers: Et en plus ça rime! Ahahahahaha!!!!
Baba: Arrêtez votre cinéma messieurs! Savez-vous à qui vous vous adressez?
Leopold: Nous sommes les artistes les plus célèbres de Broadway, et nous vous interdisons de
terroriser ces enfants!
Roger: Doucement Léopold, leurs matraques ont l’air de faire mal!
P10: Qui c’est ceux-là?
P11: Des vedettes dans ces égouts dégoutants? Quelle blague!
P12: Allez embarquez-moi tout ça les gars et que ça saute!
Tous les policiers:
En prison! En prison! En prison!
C’est la panique… Baba, Léo, Roger et les enfants sont arrêtés et emmenés de force dans le
camion de police…

SCENE 8
Flash Spécial!
J1: Chers Spectateurs nous interrompons notre programme pour vous communiquer une
information de la plus haute importance.
J2: En e et, suite au coup de let le plus extraordinaire jamais mené dans notre belle ville de
New-York, le maire de la ville a tenu personnellement à tirer cette a aire au clair et s’est exprimé
sur notre chaine lors d’une interview spéciale et sans ltre que nous partageons avec vous sans
plus attendre.
Le Maire: Mes chers concitoyens, calmez-vous, calmez-vous! il est normal que vous exigiez des
explications, et ces explications, je vais vous les donner. Oui, la bande des bas-fonds a été mise
aux arrêts, oui, la grande Baba et Leopold Chambellan se trouvaient sur les lieux du crime quand
on les a arrêté.
J3: Ont ils été reconnus coupables?
J4: Va t’on les revoir sur Broadway?
J5: Le monde entier regrette déjà leur absence.
Le Maire: Je ne peux vous donner plus d’informations pour l’instant, croyez bien que dès que je le
pourrai, je vous tiendrais informés.
J1: Coup dur pour le monde du spectacle. Et pour tous les fans de ces artistes extraordinaires.
J2: Scoop! Leur garde du corps Roger qui a été relâché fautes de preuves a pris la parole pour
défendre ses amis.
Roger: Mais c’est un scandale! Baba et Léo voulaient sauver les enfants! Ces petits ne sont pas
des voleurs! Ce sont des orphelins! Et on les met en prison alors qu’ils n’ont rien fait! Quelle
tragédie!
J3: Monsieur Roger vous voulez dire que la police se serait trompée?
J4: Et que la bande des bas-fonds n’a commis aucun crime?
Roger: Absolument!
J5: Roger, on raconte aussi que vous seriez trop vieux pour protéger des stars, et que votre
arthrose vous fait terriblement sou rir?
Roger: Quoi? Roger? Le quintuple champion du monde de savate et boxe laponaise,
« Sou rant »? Tu vas voir ce que je te réserve mon gaillard, et c’est Monsieur Roger pour toi
sacripant AYA! (Il fait une prise de boxe laponaise)
J1: C’est l’expérience qui parle, et Roger ne semble pas avoir dit son dernier mot.
J2: Une autre info de taille vient de tomber cher collègue! Le portefeuille retrouvé dans la tanière
des accusés, appartiendrait à une personnalité publique internationale dont le nom vient de nous
être révélé.
J1: Oh my god! Il s’agirait d’Emmanuel Macron! Le président des français!

ff

fi

ff

fi

ff

ff

J2: Il a souhaité s’exprimer sur le sujet en direct avec notre équipe.

E.M: Chers amis américains, c’est avec la plus grande sympathie que je vous demande de garder
votre sang-froid. C’est bien mon portefeuille qui a été retrouvé sur les lieux du crime, j’ai été invité
par Joe Biden pour assister au spectacle de Baba et Léo, et en tenant la porte du taxi à Brigitte à
la sortie du théâtre, la tête encore pleine d’étoiles, pouf! Celui est tombé de mon manteau sans
que je m’en rende compte.
J3: Il y avait plus de mille dollars dans ce portefeuille!
J4: Les avez-vous retrouvé?
J5: Les enfants chapardeurs les avaient-ils chapardés?
Macron: Bien au contraire! Les billets étaient bien là, et plus encore! Un mot avait été glissé, sur
un vulgaire morceau de papier, qui aurait pu s’envoler à la moindre bourrasque, un mot de la plus
haute importance, et qui prouve l’innocence de ces garnements aux grand coeur. Et ce mot, je
vais vous le lire sur le champ…
Les journalistes demandent le silence.
A celui qui lira ceci
Votre argent, nous n’en voulons pas
Ce portefeuille, il ne nous appartient pas
Mais si le coeur vous en dit,
Soyez généreux comme nous sommes gentils
Des couvertures nous seraient utiles
Pour recoudre nos vêtements, il nous faudrait du l
Pour nos cheminées, du combustible
Survivre ainsi est impossible
De la misère nous sommes la cible
Comme une bouteille à la mer qui arriverait par ici
Viens nous sauver,
A celui qui lira ceci.
Un silence d’émotion parcourt la salle.
J1: Oh mon dieu Jean-Michel, je… je suis trop émue…
J2: Moi aussi Josiane, ces révélations font l’e et d’une bombe! Regardez, le maire de la ville est
de retour et il est accompagné du chef de la police et de… Joe Biden en personne, OH MY GOD!
Le Maire: Chers concitoyens! Je vous apporte des bonnes nouvelles! L’a aire est à présent
résolue! La bande des bas-fonds n’ira pas en prison!
« Hourra! »
Joe (avec un fort accent américain) : grâce aux révélations de mon très cher Emmanuel, les petits
orphelins vont être pris en charge dans un nouvel établissement tout neuf, ou ils apprendront la
musique, la littérature, et tout ce qu’il leur sera possible!
« Hourra! »
Le Chef de la police: Quand aux responsables de cette di amation, croyez bien qu’ils vont très
vite retourner sur le droit chemin… (apparaissent Blaise, Basile et Bouledogue)
Blaise: On s’excuse chef!
Basile: On savait pas chef!

ff

ff

fi

ff

Bouledogue: On voulait juste leur donner une leçon!

Le Chef: Des leçons? C’est moi qui vais vous en donner à présent et avec des heures
supplémentaires!
Blaise, Basile et Bouledogue: Aïe aïe aïe!
Le Chef: Allez une, deux, une, deux!
J1: Regardez! La grande Baba et Léo viennent d’être libérés! Ils vont faire une annonce!
Léopold (signant déjà des autographes): Calmez-vous très chers fans, calmez-vous. Nous
sommes là, vous pouvez reprendre le cours normal de vos vies.
Baba: De Broadway, aux égouts, à la prison… Je n’avais jamais vécu une telle aventure! Tous ces
enfants sont devenus en un clin d’oeil ma source d’inspiration et j’ose le dire, mes plus précieux
amis!
« Woua! »
Joe: Grande Baba, accepteriez-vous de venir me raconter tout ça lors d’un diner en tête à tête à
la maison Blanche quand vous pourrez…
Baba (en le poussant): Non mais oh et puis quoi encore Joe! Ma place est sur scène et il est
temps de retrouver mes amis sans attendre une seconde de plus!!!
« Place au spectacle!! »
Tous les enfants reviennent en quatrième vitesse sur le plateau pour chanter la dernière chanson
du spectacle sur la plus belle scène de Broadway/Courbevoie

Sous le Soleil de Broadway
Sur l’air de Sunlight des tropiques
Fin
Les enfants sont des héros
Ils voguent ainsi qu’un bateau
Ils sont libres comme des oiseaux
La pluie s’arrête tout est beau
Ils voulaient sauver leur peau
Ils rêvaient d’aller là-haut
Pour en n sentir le chaud
Avec leurs amis pour chanter
Sous le soleil de Broadway
On a des histoires à conter
Et vous êtes tous invités
Pour danser il va faire beau
Avec Baba et Léo
Remplir les salles comme des pro
Les artistes sont des nouveaux
Ils ont le rythme pour danser
Ooooooohohhh
(Intermède dansé)
Vous
Merci pour vos émotions
Pour écouter nos chansons
Avec toute votre passion
On vous donne pas de leçon
On vous raconte nos trésors
Les rêves d’un enfant qui dort
Protégé jusqu’à l’aurore
Par les anges dehors
Viens chanter
Sous le soleil de Broadway
On a des histoires à conter
Et vous êtes tous invités
avec nous pour s ‘amuser
Avec Baba et Léo
Remplir les salles comme des pro
Les artistes sont des nouveaux
Ils ont le rythme pour danser

fi

Viens chanter viens jouer viens rêver
Ooooh chante chante …




Télécharger le fichier (PDF)

GALA 23 texte intégral et chansons .pdf (PDF, 213 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP